16 Jours d’activisme pour mettre fin aux violences faites aux femmes

Share on facebook
Share on twitter
Share on whatsapp
Share on email
Share on print

La directrice exécutive de l’organisation de défense de droits humains FDA  appelle à poursuivre les efforts pour mettre fin aux violences basées sur le genre en République démocratique du Congo particulièrement au Nord Kivu

Ce 25 novembre marque le début de la campagne mondiale des 16 jours d’activisme pour mettre fin aux violences faites aux femmes.

À cette occasion, FDA appelle à la mobilisation de tous les acteurs afin de continuer cette lutte pour que les femmes et les filles, où qu’elles soient en République démocratique du Congo (RDC), se sentent en sécurité.

Au premier semestre 2020, le nombre de cas déclarés de violences basées sur le genre (VBG) a significativement augmenté de 57 %, avec 26 908 cas contre 17 105 à la même période en 2019. Ces chiffres sont sans doute bien en deçà de la réalité, car beaucoup de cas ne font pas l’objet de dénonciation. Ces violences, qui prennent plusieurs formes, vont des violences sexuelles, au mariage d’enfants, en passant par les violences psychologiques.

Parmi les provinces les plus touchées, le Nord-Kivu, avec 10 909 cas arrive en tête, suivie du Sud-Kivu, 3 365 cas et de l’Ituri 2478 cas. La détérioration de la situation sécuritaire et les relations de pouvoir inégales entre hommes et femmes au sein de la société en RDC, exacerbées par les mesures de prévention pour faire face au COVID-19 ont contribué à l’intensification des cas des violences basées sur le genre au pays. 

 Les violences, d’où qu’elles viennent, doivent cesser et les survivantes doivent pouvoir accéder aux soins de santé adéquats, à une assistance psychosociale, à un accompagnement juridique et judiciaire, ainsi qu’à la réinsertion socio-économique ou scolaire.

 les chiffres de la prise en charge au niveau national sont très faibles. Ainsi, au cours du premier semestre 2020, 25 pour cent des survivantes de VBG ont disposé d’une prise en charge médicale, 5 pour cent d’une assistance psychosociale, 15 pour cent d’une assistance juridique et seulement 0,5 pour cent ont pu bénéficier d’une réinsertion socioéconomique.

Pour lutter contre ce fléau dont les conséquences sont désastreuses, autant pour les survivantes que pour leurs familles.

Par ailleurs, la communauté humanitaire et Défenseurs de droits de l’homme, dans son ensemble opère une politique de tolérance zéro face à toute sorte d’abus et d’exploitation envers les bénéficiaires avec lesquels elle travaille à alléger les souffrances au quotidien et des enquêtes sont en cours pour punir les auteurs de ces actes