Pourquoi impliquer les hommes et garçons dans la lutte contre les violences basées sur le genre ?

Share on facebook
Share on twitter
Share on whatsapp
Share on email
Share on print

La violence basée sur le genre se différencie de la violence ordinaire en ce sens qu’elle est dirigée contre un individu du fait qu’il est femme ou homme.

La violence liée au genre a été définie par le comité de CEDEF (convention pour l’élimination de toutes formes de discrimination à l’égard des femmes) comme étant une forme de violence dirigée contre une personne en se fondant sur son genre ou sur sa caractéristique

La société est considérée comme un oiseau qui a deux ailes dont l’une est masculine et l’autre féminine. Cet oiseau ne pourra se déplacer que lorsque les deux ailes sont en mouvement.

Cela veut dire que pour un développement harmonieux et durable, il est important de prendre en considération l’homme et la femme à la fois car ces derniers sont au centre de toute activité.

La violence n’épargne personne. Les hommes et les femmes sont tous affectés d’une manière ou d’une autre. Et par conséquent, c’est la famille qui est détruite, la communauté aussi. Il est donc important que l’homme et la femme tissent une alliance, un partenariat pour lutter contre la violence sous toutes ses formes

LA MASCULINITE

La Perception de la masculinité selon la société 

La masculinité c’est le fait de se comporter de manière supposée propre aux hommes.

C’est la manière d’être en tant qu’homme (masculin)selon une idéologie qui prévaut et qui est suivi dans un milieu donné.

La masculinité qui se manifeste chez les hommes est une construction sociale et psychologique. Elle peut être déconstruite, puis reconstruite de nouveau, c’est-à-dire il peut y avoir une reconversion de la masculinité pour que nos familles et notre société deviennent plus prospères.

Il semble évident que beaucoup d’hommes associent la masculinité à l’utilisation de la violence.

L’usage de la force et de la violence sont tellement devenues monnaie courante qu’elles semblent approuvées comme expression de masculinité et de virilité.

Nous essayerons de comprendre la Masculinité positive

Dans le même exemple précédent, il y a aussi des caractéristiques qui n’incarnent pas la violence;

Ce sont : responsable, honnête, attentif, compatissant, prévoyant, travailleur, pacificateur, tendre, protecteur, aimable.

Ces concepts caractérisent un homme sans violence, un homme positif.

  • Voilà notre objectif : reconstruire la société, la famille, la communauté des hommes positifs.

Et ce changement doit commencer par moi-même.

Je dois être un Agent de Changement, puis devenir un modèle aux autres.

LES ETAPES DE CHANGEMENT

Au niveau individuel

Sur le chemin du changement, une personne peut se trouver à l’un ou l’autre niveau :

  1. L’inaction :

La personne ne songe pas à faire un pas vers le changement, elle n’est pas encore très sensibilisée ou pas encore convaincue ; elle ne comprend pas encore très bien pourquoi elle devrait changer de comportement, et elle croit que le changement est trop difficile ou impossible.

  • La prise de conscience :

La personne pense à effectuer un changement de comportement dans un avenir plus ou moins rapproché. Elle est plus motivée et intéressé à s’informer.

  • La préparation

La personne est convaincue du bien-fondé du changement de comportement. Elle croit qu’il est temps d’agir. Elle commence à poser des gestes et élaborer des plans d’actions à mener.

  • L’action

La personne adopte les comportements souhaités et organise sa vie et son environnement de façon à faciliter le changement.

On doit apprendre de notre expérience pour s’ajuster et persévérer dans le changement.

On doit aussi élaborer des stratégies pour réussir à maintenir son objectif.

  • Le maintien ou la consolidation du changement

La personne a réussi à maintenir le changement pendant un long moment ; la rechute à une étape antérieure devient moins probable. Ici, on prend des mesures pour éviter que les anciennes habitudes et comportements ne  s’affichent.